Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 17:02

"Nous fûmes embarqués dans des wagons de voyageurs à la nuit tombante et vers neuf heures, le train s'ébranla.

 

 

train rapatriement                        train de rapatriement   Meurtre dans un oflag


Le lendemain soir, on descendit sur les quais d'une gare et là, la croix rouge allemande nous distribua un bol de soupe à l'orge chaude, et le jour suivant, au matin, à une gare frontière allemande, on eût la même chose. Vraiment, on était mieux accueilli qu'à l'aller.

Puis, toute la journée du dimanche, le train lentement traversa le Luxembourg. Le paysage sentait déjà la France. A certaines stations, des gens parlant le Français s'approchaient pour nous causer.

Dans la soirée, après la gare frontière Saint Louis, on entra dans la première gare française, Longwy. Vive la France, qu'on n'avait pas vu depuis bientôt quatorze mois.

 

 

-La-gare-vu-de-Belvedere-LONGWY

                gare de Longwy

 

A Longwy, personne ne connaissait notre arrivée. A notre vue, tous les promeneurs sur le boulevard de la gare se mirent à courir vers la barrière du passage à niveau pour essayer de reconnaitre un ami, un parent, peut-être son mari, parmi les heureux que nous étions.

Tous émus, on ne savait que dire.

La croix rouge, française cette fois, se mît en hâte de nous préparer et de nous servir un bouillon viandox bien chaud. A la nuit, on partît en direction de Compiègne.

 

A Soissons, de très bonne heure le lendemain, il faisait encore nuit, la croix rouge, avertie de notre arrivée par Longwy, nous fît un accueil enthousiaste. Bouillon chaud, chocolat, cigarettes et paquets de biscuits volèrent dans les compartiments.

 

On arriva à Compiègne vers neuf heures du matin.

 


arrivée de soldats libérés à compiegne

                         arrivée de soldats libérés à Compiègne

 

 

 

Nous débarquons et à travers la ville dévastée et le pont reconstruit, nous gagnons la vieille caserne Jeanne D'Arc, où était le camp de libération.

 


compiegne caserne

                         Compiègne  caserne Jeanne D'Arc

 

 

Nous sommes rassemblés dans la cour du camp allemand où l'ambassadeur Scapini vint nous souhaiter la bienvenue. A l'appel de son nom, on nous met par groupes de cinquante pour passer au camp français par les douches. Nous étions mille trois cent vingt prisonniers.

 

Je passai dans les premiers groupes. On entre dans une salle où on laisse le costume militaire, en gardant la linge et ses bagages. On passe aux douches et à l'habillement, à la sortie de ce grand batiment complètement transformés en civils de neuf vêtus. 

 

Est-ce un cauchemar ? Nous sommes libres, sans gardiens, dans le camp français, réalisant mal la situation, et tous penauds, nous passons dans différents bureaux pour les indications pour rentrer chez nous, et toucher des vivres pour la route et les papiers nécessaires.

 

 

 

congé compiegne

conge compiegne 2

 

fiche transport rapatriement

 

fiche transport rapatriement 2

  documents trouvés avec le journal de mon père

 

 

Puis, dans une salle splendidement décorée, on nous sert un repas très copieux, avec du pain blanc et du vin. Depuis longtemps, nous n'avions pas ainsi mangé."

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte - dans rapatriement
commenter cet article

commentaires

clerc 18/04/2012 17:38

mon perea ete au stalag XI B de fallingbostel puis au stalag
IV B de muhlberg matricule 76982 de 1940 a 1945 je n'ai q'une
seule photo de mon pere avec 2 autres prisonniers j'aimerai
retrouver des photos merci de m'aider
comment puis je vous faire parvenir la photo ?
cordialement guy

Brigitte 08/05/2012 20:37



pour éventuellement trouver des photos et publier la votre, je vous conseille le forum des prisonniers de guerre 39-45, en lien sur mon blog. les gens y publient leurs photos, et peuvent y
trouver de nombreux renseignements, ou des réponses à leurs questions


cordialement



José 08/12/2011 16:05

Bonjour,

Mon père à été au stalag XI B vers Fallingbostel,il était républicain espagnol. Il a garder dans sa semelle de chaussure une photo de groupe d'hommes du kommando du stalag lors d'une coupe de bois,
Aprés il a été à Mauthausen. Souhaitez-vous avoir cette photo ? Trés cordialement, José Fransois (Moyano)

Brigitte 09/12/2011 18:24



je veux bien oui, c'est très sympa de votre part. Peut-être mon oncle sera-t-il dessus, on ne sait jamais ! Merci


cordialement  Brigitte



Présentation

  • : journaldecaptivite1940
  •  journaldecaptivite1940
  • : journal tenu par mon père Joseph Moalic lors de sa captivité en Allemagne pendant la seconde guerre mondiale
  • Contact

Profil

  • Brigitte
  • mariée 3 enfants infirmière

 

Recherche