Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 21:28

 

 

rapatrié

                    trouvé avec le journal de mon père

 

 

"Un train spécial est formé le soir pour Paris. Je le prends. Au centre d'accueil de la gare du Nord, après un bon souper, nous passons une bonne nuit dans un bon lit.

 

 


gare du nord

                                      gare du Nord Paris

 

 

Le lendemain matin ( on a hâte d'arriver ! ), avant le jour, on gagne la gare Montparnasse par le métro et on prend le train de la Bretagne.

 

Caserne-Marechal-Foch

En passant à Rennes, du train, nous disons bonjour au quartier Foch où je fis mon service actif, et entouré en ce moment de barbelés, tristes vestiges de mauvais souvenirs.

 

 


                                   caserne Foch Rennes

 

Et à la nuit, avec un très ancien camarade d'école rencontré au départ du stalag, je débarque dans la bonne ville de Landerneau, chez nous, par une douce température, alors que cinq jours avant, nous étions dans la neige et la glace. La différence n'était que plus heureuse.

 

 

gare Landerneaugare de Landerneau


-UN-COIN-DU-QUAI-DE-LEON-ET-LE-VIEUX-PONT-DE-L-ELORN-LANDER

                            Landerneau quai Léon et pont de l'Elorn


Enfin, cette fois, nous pouvons dire : c'est la liberté recouvrée, liberté dont on ignore la signification vraie si jamais on n'en n'a été privé.

Malgré notre bonheur, la vue partout chez nous de nos anciens ennemis et gardiens n'est pas sans nous causer un petit serrement de coeur, et nous diminuer un peu notre joie.

 

 

-VUE-GENERALE-DU-QUARTIER-SAINT-HOUARDON-LANDERNEAU- crop

                                 Landerneau  quartier Saint Houardon

 

 

Après un au-revoir au camarade, chacun regagne en hâte sa famille, où j'arrive vers onze heures.

Avertie par un télégramme de Compiègne, ma famille toute heureuse m'attendait, et que je retrouve sain et sauf après deux ans et demi de séparation et dix-huit mois de captivité.

 

Déo Gratias.

 

 

notre dame des barbelés MDO                                    blog meurtre dans un oflag

 

 

 

Hélas, tous les camarades ne m'ont pas suivi, et malheureusement, il en reste beaucoup en captivité, et ils sont nombreux et qui attendront de très longs mois encore avant de partager mon heureux sort. Leur souvenir ne peut me laisser indifférent."

 

 

Ainsi se termine le journal de mon père.

 

 

dernière page

 

 

ma vie

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte - dans rapatriement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : journaldecaptivite1940
  •  journaldecaptivite1940
  • : journal tenu par mon père Joseph Moalic lors de sa captivité en Allemagne pendant la seconde guerre mondiale
  • Contact

Profil

  • Brigitte
  • mariée 3 enfants infirmière

 

Recherche